Captures d\'écran, copies, enregistrements et partages interdits. ©Olivier Fréchard
logo

Travailler au flash partie 1

Travailler au Flash

Part.1

En photographie la lumière en primordiale.

Quand elle vient à manquer ou lorsqu’elle est de mauvaise qualité, plusieurs choix s’offrent à vous :

  • Baisser votre vitesse d’obturation, mais vous  risquez vite d’avoir des photos floues en dessous de 1/60s
  • Travailler avec de grandes ouvertures (1.2/1.4) mais les optiques qui permettent de tels réglages coûtent des centaines voir des milliers d’euros
  • Augmenter votre vitesse ISO, mais vous risquez de voir apparaître du bruit disgracieux sur vos clichés et perdre en netteté si vous ne possédez pas un boitier qui gère bien cette dimension (principalement les boitiers pro plein format).
  • En outre, il vous faudra parfois utiliser ces 3 éléments en simultané pour obtenir une photo bien exposée dans des conditions de lumière difficiles.

Une solution efficace existe mais à condition de savoir la maîtriser. Il s’agit tout simplement du flash. Malheureusement, je pense que la plupart d’entre vous refusent d’utiliser cet outil pour 2 raisons : soit vous avez toujours lu sur les forums que la photo au flash “c’est mal!”, soit, par votre expérience, vous avez remarqué que lorsque vous activez le flash de votre reflex les résultats sont… ignobles.

Un flash COBRA sinon rien

L’idée est en effet de vite oublier le flash intégré à votre reflex (dit “pop up”) dont la taille et l’emplacement donnerons toujours une lumière directe et trop agressive (sans compter les yeux rouges!). Sans rentrer dans des détails trop techniques, plus votre source lumineuse sera grande, plus la lumière produite sera diffuse et donc “douce”. Le deuxième élément pour avoir une lumière qui semble naturelle est d’avoir une orientation de l’éclairage descendante (et, si vous le souhaitez, désaxée). Donc, clairement avec un flash qui fait quelque cm2 placé sur le haut de votre appareil, on a tout l’inverse.

photo au flash intégrée

Un photo réalisée en intérieur avec le flash pop up du reflex, tel que vous avez l’habitude de voir les photos de soirée. Outre la présence de l’ombre du pare soleil de l’objectif, on constate une lumière agressive et directe qui projette des ombre dures à l’arrière et sur le visage du sujet et occulte totalement l’éclairage ambiant. 18mm, 1/250s, f5, iso100

Un flash à tête orientable (appelé aussi flash cobra ou flash gun) vous permettra d’obtenir des résultats tout à fait différents car il vous sera possible de déporter son éclair vers le plafond par exemple. De ce fait c’est le plafond qui va agir comme un réflecteur et renvoyer une lumière descendante et large vers votre sujet.

Un flash cobra dont la tête peu être orientée selon votre choix.

En effet, si vous achetez un flash cobra pour l’utiliser de manière directe, le résultat sera grosso modo le même qu’avec le flash pop up

Photo au flash cobra

En lumière directe, le flash cobra présente les mêmes défauts qu’un flash pop up. Il est juste plus puissant et prend un peu de hauteur (d’ou l’absence de l’ombre du pare soleil!) Mais le résultat est toujours très insatisfaisant. 18mm, 1/250s, f5.6, iso 400

L’idée donc d’orienter la tête de votre flash pour que son éclair aille taper contre le plafond et redescendre telle une douche de lumière sur votre sujet (quelle poésie…)

Vous devez donc lever la tête de votre flash à 180° dans le prolongement de son corps

Photo au flash cobra avec rebond

En orientant le flash directement vers le plafond, le résultat est tout à fait différent. La lumière est plus homogène et agréable, les ombres sont moins marquées. Cependant on peut être insatisfait des ombres sous les yeux et le nez orientées de manière très rectiligne et trop visibles 18mm, 1/250s, f4, iso 400.

Notre œil est rarement habitué à voir une lumière qui vient de haut de  manière rectiligne  (à part quand le soleil est au zénith). La plupart du temps nous sommes confrontés à des situations lumineuses ou la source principale d’éclairage vient en effet du haut mais aussi de biais.

Aussi, pour un rendu encore plus naturel, préférez orienter la tête de votre flash à 45° vers l’arrière et à 60° vers le haut comme ceci :

Ainsi le reflet de l’éclair envoyé par le mur sera orienté de manière descendante et de biais vers votre sujet

Photo au flash cobra tête orientable

La réflexion de la lumière venant du haut et de la droite éclaire prioritairement le visage du sujet par le coté. Aussi, cet éclairage est plus flatteur car il “débouche” les ombres sous les yeux causées par les arcades. Les oreilles et l’arrière de la tête sont également moins exposées que la photo précédente. On gagne en naturel et en esthétique. 18mm, 1/250s, f4, iso 400.

En fin, vous l’avez remarqué, le flash cobra offre la possibilité d’exposer la photo correctement mais annule tout de même tout éclairage ambiant. Il y a une une solution à ça et la petite astuce est de baisser considérablement sa vitesse d’obturation (entre 1/30s et 1/5s !). Cette technique nécessite d’être assez stable mais même sans trépied, vos photos ne seront pas floues car l’éclair du flash va figer votre sujet.

Photo au flash cobra en synchro lente

J’ai utilisé ici les même réglages et éclairage que les photos précédentes excepté la vitesse d’obturation que j’ai descendu à 1/15s. La photo est prise à main levée.

Comme vous le constatez, malgré une vitesse de 1/15s et une prise de vue à la main levée, la photo reste nette  (le sujet est certes très stable). On appréciera la présence de la lumière ambiante : le halo créé sur le mur du fond par les spots de la hotte mais également les reflets du plafonnier dans les cheveux sujets, absents jusqu’à présent sur les autres clichés. La présence d’un flash se fait totalement oublier, elle n’est presque pas décelable si l’on n’a pas accès aux exifs pour le déduire.

Une petite comparaison avant/après pour récapituler :

17112013-Mona 3 ans-238

Voici à présent un exemple de rendu en condition “réelle” de prise de vue avec flash en utilisant la même technique. Sans données Exifs pour connaitre les paramètres d’exposition, il est impossible de savoir si un flash a été utilisé pour ce cliché. Pourtant… c’est bien le cas 🙂

Photo de Mariage à Baerenthal

Un flash cobra… à quel prix?

Un fois dit  tout ceci, c’est bien beau mais… quel investissement cela demande t-il?

Les fabricants de reflex proposent leur propres flash cobra qui sont bien souvent les plus chers mais aussi les plus performants et compatibles 100% avec votre appareil. Ils bénéficient notamment de modes automatiques de mesure de la lumière qui aident bien lorsque l’on débute. Car il faut savoir effectivement qu’un flash cobra se règle également en puissance et en diffusion et que cela n’est pas forcément très intuitif au premier abord.

Les flash des grandes marques varient entre 300 et 600€ selon le modèle (gloups…)

Heureusement, des marques alternatives proposent des flashs cobra à des prix plus attractifs, entre 150 et 250€ pour des puissances identiques aux haut de gamme des marques constructeurs.  En revanche, on perd parfois en qualité de fabrication, durée de vie, solidité ou compatibilité avec les modes automatiques (TTL). Vous trouverez ce type de flash chez Sigma, Metz ou encore Gloxy.

Enfin, vous pourrez trouver des flashs cobra en dessous ou aux alentour de 100€ chez Yongnuo ou Vivitar… mais en mode totalement manuel…

Dans un prochain article, nous verrons comment travailler avec des flashs en les déportant pour aller plus loin dans la maîtrise de l’orientation de la lumière.

Vous aimerez aussi :

2 Nouvelles Récompenses pour mon travail photographique!

2 Nouvelles récompenses internationales pour Olivier Fréchard, Photographe de Mariage et de Studio. Award WPS...
Miniature vidéo tuto

voici comment j’ai réalise cette image

Afin de vous remercier d'être 4 000 sur ma page Facebook j'ai décidé de...
photo de bébé en studio à Strasbourg

Photos de Bébé en Studio à Strasbourg

Découvrez de magnifiques photos de bébé réalisées par Olivier Fréchard, Photographe Professionnel basé sur...
photo de mariage au couché de soleil

Comment choisir votre forfait “mariage”?

Vous souhaitez engager un photographe professionnel pour immortaliser votre mariage. Mais comment s'y retrouver...
Vous pensez que cet article peut intéresser votre entourage? Partagez le en cliquant sur votre réseau préféré ci dessous

 

18 thoughts on “Travailler au flash partie 1”

  1. Bonjour Olivier,
    Après plus de 30 ans d’absence en photographie (argentique), j’y reviens peu à peu et bien entendu, je découvre un monde (numérique) qui me laisse sur le *** comme on dit.
    J’ai un D5100 et j’envisage d’acheter un flash. Et… I don’t speak english… (second handicap).
    Et la cerise sur le gâteux (euhhhh pardon) sur le gâteaux, je suis arrivé à un âge euhhhhh…. qui oblige mes interlocuteurs à me parler comme si j’avais six ans… (3eme handicap… mais rassure toi, je ne citerais la liste, seulement trois…)
    Et… en une seule lecture, j’ai compris tout ce que tu as écris. Je te dis un grand merci.
    Et je me réjouis de lire la suite.
    Parce que j’espère pouvoir jouer avec du “déporté” quand même et (soyons fou…) pourquoi pas, après, du strobist…
    Et maintenant j’hésite sur le choix du (1 er) flash (en essayant de rester raisonnable du point de vue €) entre le SB 700, le YN 565 EX, le 568 EX et…en se rappelant que l’anglais n’est pas “my cup of thea”…
    Que conseillerais tu alors à un vieux qui ne parle que le français et à qui faut répététéer plusieurs fois la façon de faire?!???
    Merci d’avance

  2. Bonjour

    Merci pour ce message plein de bonne humeur, d’humour et de fraîcheur 🙂

    Tu es équipé Nikon, donc les flash les plus adaptés sont les SB700 et SB900/910… par contre ils sont chers (performants mais chers).

    Je n’aime pas trop faire de pub (surtout non rémunéré!) mais pour démarré, je trouve que les GLOXY TR-985 sont assez chouettes. Ils tournent autour de 120€ et ont un système TTL (mesure automatique) qui fonctionne “relativement” bien. Ce n’est pas de l’efficacité d’un SB910 mais ça suffit pour se frotter à la pratique de la photo au flash, quitte à passer en gamme supérieur par la suite.

    Sinon il y a les METZ et les Yongnuo mais je n’ai jamais testé et je crois qu’ils ne sont pas tous automatiques.

    Attention, si tu prends un flash autre que Nikon, pense bien à prendre la version compatible Nikon…

    bonne journée!

  3. Salut Olivier,
    Pour faire suite à un autre message (7000><7100) j'ai donc donné mon matos à une de mes filles pour passer au 7000 mais aussi au SB 910 (pour rester dans la marque comme tu le préconisais dans ton article).
    Maintenant… j'attends avec impatience la (les) suite(s) de la partie 1 sur le sujet…
    Viiiiiite… 😉
    Ciao,
    Howen

  4. bonsoir Olivier,
    Article fort intéressant , cependant l’usage est quand même assez complexe !
    cette “mise en bouche” sera telle suivie de conseils d’utilisation ?
    merci et bravo pour ton travail (apprécié par ailleurs)
    amicalement
    bernard

  5. Bonjour
    Merci beaucoup pour ce retour.
    J’espère en effet pouvoir alimenter les pages de ce blog mais le temps me manque en ce moment 🙂

    Ceci étant si vous avez des questions particulières concernant l’utilisation du flash n’hésitez pas à les poser ici même.

  6. Après des heures de lecture du manuel SB-910, j’ai pourtant raté complètement une série de photos en soirée.

    Voilà enfin un article qui montre de manière simple et pratique comment utiliser son flash cobra.

    Merci infiniment pour le partage!

  7. bonsoir .Olivier. a quand la suite de cet excellent article ou je commence enfin a comprendre a utiliser mon sb910 Nikon?

  8. Merci pour ces infos très précieuse,(eq.SB800 Nikon), sur D300 et D200, des résultats incroyables en RAW et en N&B, le pied !
    Je vais faire quelques photos au mariage de mon neveu, (je ne suis pas le photographe officiel, ouf !) mais je crois que je vais me faire plaisir grâce à tes conseils. Merci pour le partage généreux.

  9. Merci c’est un plaisir de contribuer à la communauté !
    Bonne chance pour le reportage mariage! Attention les plafonds sont beaucoup plus hauts dans les églises 😉

  10. Bonjour Olivier, on se connaît déjà via FB et j’aurai été tenté de poser ma question en direct, mais autant en faire profiter les prochains lecteurs de ce billet illustrant à la perfection l’utilisation optimisée d’un flash cobra 😉
    Ma question est donc : Si un diffuseur n’est pratiquement d’aucune utilité en l’éclairage indirect, quel type de diffuseur utilises-tu sur ton flash lorsque tu ne peux pas l’utiliser en indirect (plafond trop sombre, de couleur, ou trop éloigné) ?
    Ou bien t’interdis-tu tout simplement l’utilisation du flash en éclairage direct ?
    Merci, et à bientôt 😉

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer